L’égalité à l’emploi femmes / hommes

Publié le par Oui-mais

En principe - sur le papier - il y a l’égalité d’accès à l’emploi des femmes et des hommes. Beaucoup de jeunes filles le croient, elles l’ont appris et entendu à l’école et à l’université. Je l’ai constaté, avec surprise, dans un groupe de thésards lors d’un module “recherche d’un premier emploi”. Y participait deux jeunes femmes qui finissaient une thèse en droit. C’est au moment de chercher du travail qu’elles découvraient l’inégalité. Elle étaient face au constat d’avoir un défaut éliminatoire - être de sexe féminin.
En général, quand je raconte l’histoire, on (des hommes) me répond que ce n’est pas vrai que je me bats pour une cause gagnée depuis longtemps et qu’en vérité la situation commencerait à se retourner contre les hommes. (Les pauvres!)
Cette semaine j’ai lu et entendu plusieurs informations qui prouvent que rien n’a changé. Les élites hommes en place font toujours tout pour ne pas admettre de femmes.
1 - La présidence de la Banque Centrale Européenne. Samedi, sur France Inter, une journaliste disait que c’était quand même surprenant que finalement parmi 350 millions d’Européens il n’y avait aucune femme apte à prendre ce poste.
Je vous conseille de lire à ce sujet l’article de Sylvie Goulard: “François Hollande la BCE et le mépris des femmes” (lesechos.fr)
2 - La nomination de deux magistrates.au poste de procureur général. D’après Christiane Tobira “Cela a créé un énorme émoi au sein de la magistrature [....] Il y a tellement peu de femmes ... et il y avait beaucoup d’hommes candidats." (Sous les robes des phallocrates, in Le Canard enchaîné le 21 novembre 2012)
3 - Une étude de l’université de Yale : Les chercheurs ont soumis deux CV identiques à des membres de la faculté de sciences et demandé s’ils envisageraient l’embauche du candidat. Seule différence entre les curriculum vitae: le prénom John ou Jennifer. Les intentions d’embauches pour John 4 sur une échelle de 5, salaire annuel proposé 30.000 dollars. Pour Jennifer 3 sur l’échelle de 5, salaire proposé 25.000 dollars. Le critère implacable contre Jennifer “moins compétente”! (Sexisme à l’université, in: Cerveau & Psycho, no 54, novembre-décembre 2012)

Parfois, on entend aussi l’argument “on ne trouve pas de candidate”. J’ai vu le cas dans une toute petite association sportive d’une vingtaine de membres. Pour être en accord avec les lois françaises il y avait un paragraphe dans les statuts stipulant qu’il fallait la parité femmes-hommes dans le bureau directeur. Pour ce bureau de trois personnes il était très difficile de trouver une seule femme candidate, contre les trois seuls hommes tous candidats. Si certaines femmes ne voulaient pas prendre de responsabilité, - vu la taille de l’association très limitée - au moins deux ont mis en avant l’hostilité de leurs maris à la prise d’une responsabilité de leurs épouses, ils étaient déjà assez contrariés de voir leurs femmes partir une fois par semaine faire du sport, si en plus elles faisaient du travail pour l’association, quel horreur! , c’étaient toujours inadmissibles aux yeux de ces messieurs - en France en 2010! L’une de ces femmes avaient quand même été trésorière - en cachette - mais à la longue la situation lui pesait.
Dans une association avec une majorité d’hommes, la parité n’est pas un sujet. Une femme candidate doit avoir beaucoup plus de compétences qu’un homme, et encore, il y a des hommes qui préfèrent avoir un bureau d'incompétents plutôt que d’y voir une femme, pire plusieurs!
Tout ce que je viens d’écrire n’est pas une raison d’abandonner de faire des candidatures pour des postes à pouvoir. Rien ne changera si les femmes ne se battent pas. Rien n’est gagné, les hommes ont juste adapté leur argumentations aux temps modernes, aujourd’hui la femme candidate n’a pas les même compétences que le candidat homme, imparable. - Mais un mensonge.

Publié dans Travail

Commenter cet article