23 articles avec culture

Harry Potter and the Cursed Child (et l'enfant maudit) - commentaire

Publié le par Oui-mais

Comme beaucoup d'autres personnes, j'étais sceptique à l'annonce de la pièce de théâtre Harry Potter and the Cursed Child. D'abord Rowling a deux co-auteurs : John Tiffany et Jack Thorne, puis il s'agit d'une pièce de théâtre dont les contraintes diffèrent de celles d'un roman. D'un autre côté, il est compréhensible de s'entourer d'hommes de théâtre si l'on n'a écrit que des romans. Il y avait aussi ce soupçon qu'il s'agisse uniquement d'exploiter un bon filon.

J'ai vu beaucoup de pièces de théâtre et j'en ai lu. En général, si je lis une pièce, c'est dans le cadre d'études et je n'aime pas beaucoup cet exercice parce qu'il faut que je m'imagine toute la mise en scène, les déplacements des personnages, l'intonation de leurs voix, etc.

Finalement, après la lecture des premières critiques sur Amazon, j'ai cédé à la curiosité. Même pas besoin de quitter la maison, en quelques cliques j'ai acheté le fichier epub sur Pottermore et tout de suite, j'ai commencé la lecture. (L'interface de iBooks est vraiment très agréable.)

Le texte se lit très bien. Je l'ai lu en anglais (la traduction ne sortira qu'au mois d'octobre) et je n'ai pas eu de difficultés de compréhension.

Les notes de jeu de l'auteur (les didascalies) dépassent le minimum nécessaire pour les acteurs et facilitent la fluidité de la lecture. Il y a deux parties : acte un et deux = partie une et acte trois et quatre = partie deux avec un total de 75 scènes, .49 lieux différents, si j'ai bien compté. Et 42 personnages il y a beaucoup de mouvements sur scène. En plus, bien sûr, il y a de la magie, voir la pièce de être magique.

Parlons un peu du contenu. La première scène reprend une partie des dialogues de l'épilogue du volume sept. Dès l'entrée dans le train Albus se lie d'amitié avec Scorpius Malfoy et en plus il n'est pas à Gryfonndor, d'où déception de arry Potter et un sentiment d'être rejeté côté fils.

L'intrigue m'a fait pensé à Retour vers le futur. Vouloir corriger un détail dans l'histoire affecte l'ensemble de l'avenir. Albus et Scorpius doivent resoudre des problèmes inattendus. Au deux héros se pose la question : veux-je rester dans ce faux présent qui a, pour moi, des avantages, mais je n'ai plus mon meilleur ami ?

L'employé du ministère de la Magie, Harry Potter, n'est plus aussi perspicace qu'à dix-sept ans. Comme c'est Draco Malfoy qui lui parle des rumeurs sur un enfant de Voldemort, il n'y prête pas attention, malgré de nombreux rêves inquiétants.

La réplique de Delphi (nom grec de Delphes où l'on consultait l'oracle, la Phytie) acte 3, scène 19 « the .. tasks are a little clogged up with magic » (les … épreuves sont un peu encombré de magie) m'a fait penser au disque-monde où l'accumulation de magie a parfois des effets surprenants et dangereux.

Conseil de lecture: Le monde magique de J. K. Rowling

Publié dans Culture

Partager cet article

Repost 0

Prix des livres en France

Publié le par Oui-mais

Cette été je voulais faire cadeau du livre Harry Potter, Des romans à l'écran : Toute l'histoire de la saga au cinéma. Un livre relié (mais je me méfie du « relié » à la française). Prix à l'époque 80,00 € pour 534 pages. Depuis le livre n'est plus en vente par Amazon, mais uniquement par des revendeurs – et le prix augmente à 124,99 € plus des frais de livraison.

(On peut être méchant et dire « le livre ne s'est pas vendu, (vu le prix !) - alors soldons en augmentant le prix.)

D'après le nom de l'auteur le livre est une traduction. J'ai donc fait un tour chez Amazon UK. Et surprise : Harry potter: from page to screen coutait un peu plus que 32 £ (entre 40 et 41 €) et a 540 pages. Comme des dimensions indiquées sont identiques en français et en anglais et qu'une traduction est toujours un peu plus longue que l'original, je pense que l'édition française est abrégée. Ce que les éditeurs oublient souvent d'indiquer.

Amazon.fr proposait l'édition anglaise à …. 60 € (entre temps le prix a baissé) il n'y a pas de petit bénéfice en France.

Je n'avais pas envie de me créer un compte sur Amazon en Angleterre et j'ai essayé sur Amazon Allemagne. Le livre en anglais s'y trouvait au même prix qu'en Angleterre. Il fallait ajouter les frais de port pour la France. Mais j'étais toujours gagnant.

Remarque général sur Amazon France : Le site est de moins en moins utilisable et les résultats de recherche pour le moins surprenant. J'ai tapé « Harry Potter » et sur la première page de résultat il y avait,entre des titres sur mon sujet de recherche « la valse tente des tortues » de Katherine Pancol. On liste maintenant les livres suivant les prénoms des auteurs (mdr).

Peu de temps après, j'ai cherché un autre livre en anglais. Ce livre n'était pas disponible sur Amazon.fr, mais il était sur Amazon.de. Mais uniquement disponible chez des revendeurs. Un de ces revendeurs était Amazon.de. Mais cette fois la boite n'expédiait que en Allemagne. J'ai donc pris un revendeur situé en Angleterre et qui livre partout en Europe.

En plus maintenant, si l'on commande chez Amazon.de et habite en France, on paie les frais de port pour l'étranger et le livre vient d'un dépôt Amazon en France. Non, les petits profits n'existent toujours pas;).

Le prix des livres en langue étrangères qu'on peut acheter en France on visiblement toujours tendance à être augmenté d'une « petite » marge supplémentaire. Ce qui est très surprenant à notre époque où on peut facilement acheter le livre ailleurs – comme je l'ai fait.

Remarque à la limite du sujet : Depuis combien de décennies Gallimard n'a pas changé la maquette de ces couvertures ? Je parle de la série «traditionnelle» la blanche. De mon point de vue, gardé toujours l'ancienne maquette est faite pour emêcher de nouveaux lecteurs de découvrir les auteurs qui y sont publiés. Les gens qui n'ont pas grandi avec cette collection et appris que c'est l'édition qui'il faut posséder (éventuellement même lire) pour être « comme il faut ».

Récemment j'ai lu un livre de la collection, parce qu'il était posé à un endroit sans aucune autre lecture et que je l'ai donc feuilleté. Un très bon livre (l'élégance du hérisson), mais je ne l'aurais jamais choisi dans une bibliothèque, parce que rien n'attire le lecteur et j'ai depuis longtemps fait l'équation (bancale) collection blanche = ennuie assuré. Juste bon pour les cours de littérature française, mais pas pour une lecture plaisir.


 

Publié dans Culture, consommation

Partager cet article

Repost 0

La semaine de l’écriture - un « concours » sans vrai prix

Publié le par Oui-mais

Aujourd’hui j’ai vu une affiche sur mon lieu de travail. La semaine de l’écriture « grand concours national ».

Juste écrire quelque chose sur l’amour qui ne dépasse pas la taille d’une carte postale? Pourquoi pas. Mais qu’est-ce qu’on gagne?

Il y a plusieurs entreprises de stylos et papiers qui ont leur logo sur l’affiche et le tout est parrainé par le ministère de la culture.

J’ai donc téléchargé le règlement du concours.

Il y a des lots pour 5 tranches d’âges, quatre pour les enfants et adolescents (on dirait que le but est de faire participer des classes entières), et une pour les plus de vingt ans. Dans chaque catégorie d’âge les lots suivants:

1er prix:

500 cartes postales imprimées avec la photo choisie par le lauréat.

1 stylo plume de grande marque.

 

2ème prix:

1 lot de 48 cartes de voeux.

1 stylo plume de grande marque.


 

3ème prix:

1 lot de 24 cartes de voeux.

1 stylo plume de grande marque;


 

du 4ème au 10ème prix:

1 lot de 12 cartes de voeux.

1 lot de 12 stylos- bille, feutres et divers crayons.


 

Avec tous les partenaires, l’organisateur n’a pas réussi à trouver des prix digne de ce nom! Supposons que je gagne: Qu’est-ce que je pourrais bien faire avec 500 cartes postales identiques? Seul possibilité: les distribuer comme lots de consolation dans toutes les lotos des écoles du département (mdr). J’aimerais bien un stylo plume d’une marque précise, c’est une grande marque. Mais le règlement ne mentionne pas la marque et aucune grande marque n’est sponsor. Je soupçonne qu’on gagnera un stylo d’une valeur maximale de 50 €.

Et que deviendra ma carte gagnante avec texte et image créés pour l’occasion?

Voici quelques commentaires. Bizarrement le règlement est disponible dans le format word (.doc) et pas en pdf.

Comme d’habitude il faut accepter le règlement « 12.1 Le fait de participer au présent concours implique l’acceptation entière et sans réserve du présent règlement. Toutefois, l’Union Professionnelle de la Carte Postale se réserve la possibilité de modifier le présent règlement en cas de besoin, et de prendre toute décision estimée utile pour l’application et l’interprétation du règlement, sous réserve d’en informer les participants. »- c’est normal, mais pourquoi se réserve-t-on le droit de changer le règlement après sa publication?

Les prix: Pas de possibilité de recevoir de l’argent à la place et - ce qui est bizarre, c’est qu’on stipule «  L’Union Professionnelle de la Carte postale se réserve la possibilité de remplacer le lot par un gain d’une valeur au moins équivalente en cas d’indisponibilité ou pour quelque raison que ce soit. » mais la valeur des prix n’est pas indiqué du tout!

Et les droits d’auteurs? On s’assoit dessus.

« 3.4 Il est précisé que le texte de la carte postale envoyée constitue un original, remis en pleine propriété à l’Union Professionnelle de la Carte Postale qui ne le restituera pas.

3.5 Par sa participation au Concours, chaque Participant autorise expressément l’Union Professionnelle de la Carte Postale à utiliser sa carte postale pour toute exploitation promotionnelle. A cet effet, chaque Participant cède gracieusement à l’Union Professionnelle de la Carte Postale, avec possibilité pour cette dernière de céder ces droits à tout tiers, l’ensemble des droits de propriété incorporelle dont ils pourraient le cas échéant disposer, aux termes du Code de la propriété intellectuelle, sur la création réalisée dans le cadre du présent Concours, et notamment les droits susmentionnés :

Droit de reproduire la Carte Postale en extrait ou en intégralité, à titre gratuit ou onéreux, en tous formats connus ou inconnus, sur tous supports connus ou à connaître, seul ou combiné à d’autres éléments ;

Droit d’adapter la Carte postale en fonction des nécessités artistiques, techniques et commerciales, notamment par l’intégration de tout autre élément (texte, image), et à utiliser leur nom, image, sur tous supports promotionnel et/ou commercial et notamment affichage, presse, PLV, affichette…;

Droit de représenter la Carte Postale par tous moyens, en tous lieux et sur tous réseaux notamment réseaux en ligne et de télécommunication, et par voie de téléchargement.

Cette autorisation est accordée pour le Monde entier et pour toute la durée de protection légale du droit d’auteur et des droits voisins. »

C’est moi qui mets en gras. - Rappel: les droits d’auteur s’appliquent jusqu’aux 70 ans après la mort de l’artiste.

Petit détail: Les œuvres ne correspondent pas aux attentes des organisateurs? Pas grave … on ne remet aucun prix!

« 4.2 Dans l’éventualité où les Cartes Postales reçues ne correspondraient pas aux attentes artistiques du Jury ou s’il était manifeste qu’aucun des participants ne dispose des compétences artistiques requises pour permettre une exploitation phonographique commerciale normale, l’Union Professionnelle de la Carte Postale se réserve alors la possibilité de ne sélectionner aucun gagnant. »

En clair: On cherche des œuvres originales à moindre frais et ne veut même pas investir dans des prix corrects pour les gagnants.

Je ne participerai pas.

 

Publié dans Culture, consommation

Partager cet article

Repost 0

Où est le Périgord vert?

Publié le par Oui-mais

Sur les cartes touristiques de la Dordogne le département est divisé en quatre couleurs: le Périgord noir, blanc, vert et pourpre.

Aucun des dictionnaires et des encyclopédies papier consultés à une entrée Périgord vert. Le dictionnaire topographique d'Alexis de Gourgues, paru en 1875 connaît le Périgord blanc ou Haut Périgord et le Périgord noir ou Bas Périgord aussi appelé Sarladais. En fait, ces deux régions correspondent aux deux évêchés Périgueux et Sarlat. Ce dernier existait entre 1317 et 1801. Si aucune ville au nord de Périgueux est mentionné c'est que cette partie du département actuelle ne faisait pas toujours partie de l'ancienne entité Périgord. Si le Nontronnais était rattaché à la jurisprudence civile de Périgueux et Bordeaux, il dépendait de la diocèse de Limoges et parfois aussi d'Angoulême.

Jusqu'à la Révolution française le Nontronnais était un archiprêtré de la diocèse de Limoges. La majeure partie des paroisses devinrent alors des communes de la Dordogne. D'autres, comme Feuillade, furent rattachées à la Charente.

Si beaucoup d'habitants de la ville de Nontron sont convaincus que « nontronnais » est exclusivement le gentilé des habitants de cette ville, c'est faux. Le Nontronnais c'est également tout le territoire autour de la ville dans les limites de l'ancien archiprêtré. Mais depuis les années 1970/1980 le nontronnais a été supplanté par le Périgord Vert. Ce nouveau nom a vite été adopté par la population. Probablement parce qu'il est plus parlant, plus coloré. Il faut dire que la verdure du paysage saute aux yeux des visiteurs. Maintenant on trouve l'ajout « en Périgord Vert » un peut partout.

Le problème du terme Périgord vert, c'est son manque de précision. Si tout le monde semble d'accord pour dire que le Nontronnais est en Périgord vert et que les territoires de Jumilhac et Thiviers en font partie – ce qui reviendrait à dire que le Périgord vert correspond à la partie du Parc naturelle régional Périgord-Limousin qui se trouve dans le département de la Dordogne. D'autres étendent le terme au Ribéracois, à Bourdeille et même à la Roche-Chalais. Pour avoir travaillé dans ces parties de la Dordogne, je peux assurer que le territoire n'a aucune ressemblance géographique avec le Périgord vert et peu d'autres liens. (Pour l'anecdote : Pour aller de Javerlhac à la Roche-Chalais il est fortement conseillé de prendre la route par Marthon et Villebois-Valette en Charente qui est bien droite et surtout pas celle via Mareuil et Ribérac, sauf si vous adorer les virages.

Les termes Périgord noir, blanc, vert et pourpre (invention de l'industrie touristique pour le Bergeracois) ne sont connu que par les habitants de la Dordogne et des départements limitrophes. Les gens des autres départements français et les étrangers ne connaissent que la Dordogne – et encore ….

Publié dans Culture, Dordogne

Partager cet article

Repost 0

Faire disparaître les départements, regrouper les régions - une idée parisienne

Publié le par Oui-mais

Depuis quelque mois, le gouvernement français a réchauffé l’idée de supprimer les départements et réduire le nombre des régions. Le seul argument me semble être qu’on fera des économies. Malheureusement les dirigeants n’ont aucun chiffre sérieux.
Aucun défenseur du projet semble connaître la vie à la campagne. Un exemple concret:
J’habite une petite commune dans le nord de la Dordogne. Depuis octobre 2002 la commune faisait partie d’une communauté de communes regroupant 12 communes (7.200 habitants sur 205 km2). Le préfet n’a pas demandé l’avis des habitants et décrété que la communauté de commune était trop petite. Donc, depuis le 1er janvier 2014 « notre » communauté de communes regroupe 17 communes (10.600 habitants sur 360 km2). Au passage la densité d’habitants au kilomètre carré a baissé (de 35 à 30). Ce changement est intervenu juste avant les élections municipales où beaucoup de communes ont voté un nouveau maire. Résultat: Rien ne va plus. Ce qui est logique, parce que les élus des villages ne sont pas des professionnels de la politique et de l’administration, en plus il faut constituer des commissions, exécuter tout de suite des décrets venu d’en haut (p. ex. les rythmes scolaires). Pour vous donner une idée de la surface et des distances à parcourir dans l’intercommunalité: la traversé d’est en ouest fait presque 40 km. Il n’y a aucun transport en commun, mais beaucoup de transports scolaire :-). L’autre jour j’ai dit à une voisine qu’à la vue de ces distances j’aurais préféré un rattachement à Angoulême (même distance depuis ma maison). Sa réponse était simple: « C’est pas la même région. » (Mais notre seul transport en commun rudimentaire va à Angoulême.) La plupart des gens n’ont même pas encore remarqué que des petits villages à 30 km de chez eux font maintenant partie de la communié de communes. Il est peu probable qu’un sentiment de communauté se développe à court terme.
En comparaison: la communauté urbaine de Toulouse à une surface de 465 km2. Vu sous l’unique angle de la surface on pourrait encore agrandir notre communauté de communes - et il y a des bruits qui parlent effectivement d’un autre agrandissement « pour notre bien ». Mais à Toulouse il y a 1500 habitants au kilomètre carré et des transports en communs, des routes et autoroutes, des bibliothèques, théâtres, stades, etc.
A mon avis on ne peut pas traiter des régions rurales comme des métropoles. Il n’aura pas d’économies, mais on devra payer beaucoup de frais de déplacement aux employés qu’on envoie pour un remplacement à l’autre bout du territoire - et si sa voiture tombe en panne il ne se déplacera pas. On pourra investir dans des voitures de fonction (bonjour l’économie).
Déjà maintenant je ne vais pratiquement jamais dans le chef-lieu de département Périgueux. Si notre cher président-roi veut supprimer les départements et regrouper les régions (peut-être au passage il reparlera de la suppressions de sous-préfectures) nous devrons aller à combien de centaines de kilomètres pour régler des problèmes avec l’administration?
Vendredi 30 mai le Sud-Ouest titrait « La fronde des élus socialistes » (page 12 ed. Périgueux). Ils peuvent toujours se plaindre qu’on ne les consultent pas. Aujourd’hui leur chef réaffirme son désintérêt profond des régions françaises. Cette fois-ci il veut garder seulement 14 régions - et bien sûr supprimer les départements. Je me demande combien il veut payer de sa poche pour acheter assez de voix pour pouvoir changer la constitution.
Le « Canard enchaîné » (p. 3, 28 mai 2014) a enquêté pour savoir d’où vient le chiffre de 12 à 25 milliards d’euros d’économies qu’on dégagera avec une réforme territoriale: « Vallini s’est souvenu de la règle qui veut qu’une économie d’échelle soit supposée aboutir, en général, à un gain de 5 à 10 €. Il a donc sorti sa calculette pour fournir son chiffre à partir du budget global des collectivités locales : 250 milliard d’euros. » C’est d’un sérieux …. Si je me pointais chez mon banquier avec un projet aussi bien chiffré il me mettrais à la porte.
Il y a toujours les découpages des régions paru dans « Libération » (11 avril 2014), certains sérieux d’autres moins - je suis pour le découpage « pain au chocolat » :-).

Publié dans Economie, Culture

Partager cet article

Repost 0

Non à Bruxelles - oui à une indemnité d’eurodéputé !

Publié le par Oui-mais

J’ai reçu les publicités des partis politiques et il y a un parti qui écrit en gros et gras « non à Bruxelles ». Depuis je veux comprendre ce paradoxe : vouloir être débuté européen tout en étant contre l’Europe, mais aucune personne interrogée veut se prononcer, dommage.
En effet, si je n’aime pas quelque chose, disons Facebook, je ne m’y inscris pas. Mais ici, j’ai des candidats qui disent « je n’aime pas l’Europe, donc votez pour moi! » Ma seule explication est que ces candidats savent qu’ils toucheront une indemnité importante s’ils participent aux travaux du parlement ou non - et pourquoi ils participeraient, vue qu’ils sont contre toute l’institution?
Si quelqu’un qui est contre l’Europe et il vote pour ce parti du NON, il consent à jeter l’argent des contribuables par la fenêtre et à payer quelqu’un qui ne veut pas travailler!
D’après Wikipédia voici l’argent que l’heureux gagnant des votes des mécontents empochera chaque mois


« En 2011, la rémunération mensuelle des députés est de 7 956,87 € brut, soit 6 200,72 € net. L'indemnité de frais généraux est de 4 299 € par mois et l'indemnité journalière de subsistance de 304 € par jour de présence »


Sans être présent toucher 6.200 € par mois avec les indemnités pour frais plus que 10.000 € … J’aurais dû me mettre sur la liste des candidats (lol). Le parlement européen ferait mieux de baisser le fixe et augmenter l’indemnité des présents ou retirer de l’argent pour les jours d’absence des députés.

Publié dans Culture, Travail

Partager cet article

Repost 0

La Ruralité

Publié le par Oui-mais

Comment définir la ruralité ?

J'ai vu le terme dans la feuille de présentation pour les municipales 2014. Un texte édité par un groupe sans étiquette.

J'ai cherché la définition parce que ruralité avait pour moi une connotation légèrement dépréciative, vieillotte.

L'utilisation du terme semble récente. En 1985 le Larousse le définit comme "caractère rural". A l'époque on trouve le ruralisme (depuis 1964) : "Politique qui consiste à améliorer le sort de ceux qui vivent des produits de la terre (agriculteurs, éleveurs, etc.)", le partisan du ruralisme était le ruraliste. Quinze ans plus tard (2000) le ruralisme est la tendance à idéaliser la vie à la campagne - et la ruralité l'ensemble des caractéristiques, des valeurs du monde rural. Ce sens de ruralité est attesté depuis 1868 (Littré). Du 14e au 19e siècle le sens était "ignorance".

Mais cela ne définit pas les valeurs rurales.

J'ai donc fait une recherche chez Google et compagnie. Et la première chose que je vois est le site "France ruralité" du Front National ! "France Ruralité est la source d'informations du Front National pour les secteurs de l'agriculture, de la pêche, de l'environnement et plus généralement du monde rural." voir aussi (ici - regardez les mots clés.

D'après mes lectures la définition de "ruralité" est assez flou. Si je pense que la liste du village est très à droite sur l'échiquier politique, c'est parce qu'il y a aussi "perpétuer la tradition agricole" et "nos dynamiques artisans et commerçants". (l'âge moyenne des trois têtes de liste: 64 ans - une équipe jeune et dynamique).

A lire : l'article "ruralité" du site canadien Agora (Agora

l'article "pour une nouvelle ruralité" dans (Liberation

Publié dans Culture

Partager cet article

Repost 0

Corner ! Coincer dans un coin :)

Publié le par Oui-mais

Il ne faut pas toujours utiliser les même mots, ce n'est pas moderne ;), pour prouver qu'on est un communiquant dynamique il est important de renouveller son vocabulaire: ce qui donne "... un espace Réseau, à savoir la mise en place d’une véritable plateforme « boite à outils » au service des acteurs de la restauration collective, du cuisiner au gestionnaire de site. Pour animer cet espace composé de corners distincts (corner accueil, corner démonstration, corner table ronde et corner expertise et bonnes pratiques) ..." (context ici Pour moi "corner" est un mot utilisé au football pour désigner un coup de pied du coin. Il y a aussi un coin (= corner) en finance. Mais attention ici ce n'est pas le nom the corner mais le verbe to corner = coincer. Dans ce contexte "corner" décrit une manœuvre financière interdite (Wikipédia). Corner n'est visiblement pas souvent utilisé comme terme positive en français. Le choisir pour ne pas répéter le mot "espace" n'est pas très heureux. Le reponsable aurait pu demander l'achat d'un dictionnaire de synonymes à son patron, il y a de nombreux possibilités (espace, coin, place, point, endroit, quartier, etc.)

Et si on punissait le "communicant" en l'envoyant au coin? (lol)

Publié dans Culture, Cuisine

Partager cet article

Repost 0

Peintures sur des rochers de Pierre Rapeau

Publié le par Oui-mais

Pierre Rapeau, décédé en 2007 a créé des peintures sur des rochers et des arbres dans le Périgord Vert. Exposé au soleil et à la puuie ces œuvres sont assez éphémères.  Quand j'en ai découvert près d'un ruisseau sur la commune de Saint-Saud, elles étaient à peine visible, puis ses amis les ont restaurées - j'ai pris quelques photos, c'était en 2010. Depuis les images ont déjà perdues de leur éclat. Les voici - merci de ne pas recopié. Ceci est plutôt une invitation à découvrir une Dordogne inconnue.

                                      

De Divers Photos
            
De Divers Photos

Publié dans Culture

Partager cet article

Repost 0

Quelques sculptures à Toulouse

Publié le par Oui-mais

Quelques photos de sculputures qu'on trouve dans les rues de Toulouse (photos sous droit d'auteur !)

 

 

Buste du peintre toulousain Renée Aspe (1922-1969) par Jacqueline Bez (née 1927 ?) dans la rue Renée-Aspe.

Avec le temps le bout de son nez a disparu

 Square Charles de Gaulle à côté de l'office de tourisme -    

la maternité par Jean Louis Toutain (né 1948) actuellement absent à cause des travaux

 

                                                Sculpture bleue dans la préfecture - je n'ai pas trouvé le nom de l'artiste

 

           

Deux statues devant la bibliothèque du patrimoine, rue du Périgord

à gauche la littérature classique et à droite la littérature moderne par Henry Parayre (1879-1970)

 

 

              

 

Le poète Ephraïm Mickaël par Charles Mathieu (1876-1960)  statue réalisé en 1900

 Buste du poète Armand Silvestre,

tres discrèt derrière un banc place Wilson

Publié dans Culture

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>