2 articles avec dordogne

L'éolien dans un pays réputé sans vent - le Périgord Vert

Publié le par Oui-mais

A priori, je n'ai rien contre les éoliennes. J'ai fait des vacances au bord de la mer du nord en 1998, le parc d'éoliennes était à 1 (?) km du village de vacances et ne produisait aucune nuisance. Comme vous ne le savez peut-être pas: il y a toujours du vent dans le nord de l'Allemagne. Ce vent est la raison principale de l'existence du Strandkorb sur les plages.

L'Allemagne du nord ne me manque pas du tout, néanmoins je trouve qu'il n'y a pas assez souvent du vent dans le nord de la Dordogne.

Depuis 2015, il y a de plus en plus de discussions sur la pertinence de plusieurs projets de parcs éoliens industriels dans la partie Dordogne du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin. Il y a de nombreux arguments contre ces projets. Celui qu'on entend partout est celui de l'absence de vent. Alors pourquoi vouloir construire des éoliennes?

Hier, en cherchant quelque chose d'autre sur internet, j'ai trouvé une (la ?) raison. Le schéma régional éolien d'Aquitaine de 2011. Ce schéma a été annulé par le tribunal administratif de Bordeaux en février 2015. Toutefois, le schéma n'a pas été retiré des serveurs et on dirait que les industriels se basent dessus pour prospecter les petites communes du Périgord Vert.

Ce qui est hallucinant dans le schéma, c'est que les auteurs constatent que la partie la plus ventée de l'Aquitaine est la côte atlantique, puis de page en page, ils trouvent des contraintes qui font qu'à la fin il est absolument impossible d'installer des éoliennes près des côtes. Mai il "faut" construire des éolienne, alors, on baisse la vitesse de vent nécessaire pour leur exploitation, puis on oublie qu'au début du document, on a déclaré qu'il ne faut pas d'éoliennes dans les parcs naturels régionaux, c'est à dire on n'indique pas l'existence du parc naturel régional Périgord-Limousin sur les cartes en fin de document, puis on liste toutes les communes du secteur, y compris celles avec plusieurs monuments historiques et sans vent!, comme emplacements potentiels.

La position des élus du secteur n'est pas claire, ni celle du parc. Des agents du parc naturel régional on même avancé que les énergies renouvelables, dont l'éolien, sont inscrites dans la charte du parc. Toutefois, la charte ne mentionne que 3 communes en Haute-Vienne avec une vitesse de vent moyenne de >5,5 m/s. De l'aveu du schéma régional, il faut un minimum de 3,5 m/s et dans le Périgord Vert le vent aurait une vitesse entre 3,5 et 4,5 m/s. (J'ai rencontré une personne qui a réussi à obtenir les résultats d'un mat de mesure: c'est plus près de 2 que de 3 m/s.

Les entreprises qui font les mesures refusent de divulguer les résultats sous prétexte de leur "forte valeur commerciale" (conclusions de l'enquête de la Rochebaucourt). Dans ce document on peut lire que la vitesse optimale de vent pour l'exploitation des éoliennes est de 12 à 15 m/s et que l'intérêt de l'industriel n'est pas dans la bonne production d'énergie, mais uniquement focalisé sur le prix de rachat de l'électricité garanti par EDF.

Météo France affiche le vent en km/h (sur ma commune généralement < 5 km/h). Comment savoir combien de m/s cela représente?

1,5 m/s = 5 km/h

3,4 m/s = 12 km/h

5,5 m/s = 20 km/h

12 à 15 m/s soit environ 40 à 50 km/h

Partager cet article

Repost 0

Où est le Périgord vert?

Publié le par Oui-mais

Sur les cartes touristiques de la Dordogne le département est divisé en quatre couleurs: le Périgord noir, blanc, vert et pourpre.

Aucun des dictionnaires et des encyclopédies papier consultés à une entrée Périgord vert. Le dictionnaire topographique d'Alexis de Gourgues, paru en 1875 connaît le Périgord blanc ou Haut Périgord et le Périgord noir ou Bas Périgord aussi appelé Sarladais. En fait, ces deux régions correspondent aux deux évêchés Périgueux et Sarlat. Ce dernier existait entre 1317 et 1801. Si aucune ville au nord de Périgueux est mentionné c'est que cette partie du département actuelle ne faisait pas toujours partie de l'ancienne entité Périgord. Si le Nontronnais était rattaché à la jurisprudence civile de Périgueux et Bordeaux, il dépendait de la diocèse de Limoges et parfois aussi d'Angoulême.

Jusqu'à la Révolution française le Nontronnais était un archiprêtré de la diocèse de Limoges. La majeure partie des paroisses devinrent alors des communes de la Dordogne. D'autres, comme Feuillade, furent rattachées à la Charente.

Si beaucoup d'habitants de la ville de Nontron sont convaincus que « nontronnais » est exclusivement le gentilé des habitants de cette ville, c'est faux. Le Nontronnais c'est également tout le territoire autour de la ville dans les limites de l'ancien archiprêtré. Mais depuis les années 1970/1980 le nontronnais a été supplanté par le Périgord Vert. Ce nouveau nom a vite été adopté par la population. Probablement parce qu'il est plus parlant, plus coloré. Il faut dire que la verdure du paysage saute aux yeux des visiteurs. Maintenant on trouve l'ajout « en Périgord Vert » un peut partout.

Le problème du terme Périgord vert, c'est son manque de précision. Si tout le monde semble d'accord pour dire que le Nontronnais est en Périgord vert et que les territoires de Jumilhac et Thiviers en font partie – ce qui reviendrait à dire que le Périgord vert correspond à la partie du Parc naturelle régional Périgord-Limousin qui se trouve dans le département de la Dordogne. D'autres étendent le terme au Ribéracois, à Bourdeille et même à la Roche-Chalais. Pour avoir travaillé dans ces parties de la Dordogne, je peux assurer que le territoire n'a aucune ressemblance géographique avec le Périgord vert et peu d'autres liens. (Pour l'anecdote : Pour aller de Javerlhac à la Roche-Chalais il est fortement conseillé de prendre la route par Marthon et Villebois-Valette en Charente qui est bien droite et surtout pas celle via Mareuil et Ribérac, sauf si vous adorer les virages.

Les termes Périgord noir, blanc, vert et pourpre (invention de l'industrie touristique pour le Bergeracois) ne sont connu que par les habitants de la Dordogne et des départements limitrophes. Les gens des autres départements français et les étrangers ne connaissent que la Dordogne – et encore ….

Publié dans Culture, Dordogne

Partager cet article

Repost 0