Ecrire un blog

Cela fait maintenant cinq ans  (le temps passe et la dernière fois que j'ai actualisé cette page était il y a deux ans)que j’ai ce blog et au début j’ai écrit en moyenne un article tous les trois jours. Ce dernier temps, j’écris beaucoup moins, ce qui ramène la moyenne générale à un article par semaine. Ce n’est pas que je n’ai plus rien à dire, mais écrire est un travail - un des ces travaux qui demandent ce que les psychologues appellent “motivation intrinsèque” - il faut donc se motiver de rédiger. Et si j’avais pensé au début que cela prendrait que quelques minutes par jour, je me suis trompée. Les affirmations gratuites ne sont pas mon genre. Une formation universitaire laisse parfois des traces surprenantes. Je cherche donc quelques sources où références, ajoute des liens vers des définitions, si nécessaire. En général ces liens pointent vers Wikipédia. J’aime bien son concept et il m’arrive d’y participer. D’ailleurs, les grands journaux font comme moi. Tout cela prend du temps. Finalement, il faut compter un investissement d’une à deux heures par article. Et comme c’est d’un certain côté un loisir, je n’écris que rarement en journée, d’où l’heure très tardive à laquelle je clique, enfin, sur le bouton “publier”.

Il n’y a pas foule pour lire mes postes. L’article le plus consulté depuis que je l’ai écrit contient une information banale sur l’administration, à se demander si les webmasters des sites gouvernementaux savent mettre des mots clés pertinents.

L’article qui connaît un succès très récent et très inquiétant est celui sur la secte du nom de Centre d’accueil. Je l’interprète dans le sens qu’ils font une campagne de recrutement, ce qui est peu étonnant avec les temps qui courent. Plus il y a de personnes démunies,  plus il y aura d’adhérents qui au finale vont financer la secte avec le peu d’argent qu’ils ont.

Autre point qui fait que l’écriture prend du temps : l’orthographe français, une grammaire remplit de pièges en tout genre et en plus le correcteur d’orthographe de mon traitement de texte ne souligne évidement pas un mot qui existe - dommage que cela ne veut pas dire que c’est l’orthographe qu’il faut dans la phrase. Même en relisant, impossible de faire un sans faute. Tant pis, si cela vous dérange, laissez moi un commentaire, je corrigerai - mais pas en rouge.