J.K. Rowling: A casual vacancy (Une place à prendre)

Publié le par Oui-mais

J’ai lu le livre en anglais, il est donc possible qu’il y a quelques différences entre mes termes et ceux de la traduction française. En plus, bien sûr, j’ai acheté le livre parce que j’ai beaucoup aimé la série Harry Potter et que j’aime l’humour de l’auteur, évidemment j’étais au courant que le sujet est très différent.
Dans l’ensemble j’ai apprécié “Une place à prendre” qui est divisé en sept parties. Seule la deuxième a beaucoup de longueurs et l’on ne sait plus trop où l’auteur veut en venir. Une fois ce passage difficile passé j’ai fini l’histoire en un dimanche. J’ai beaucoup aimé la description des personnages plein d’un humour dans la lignée d’une Jane Austen. La description de la vie de la commune est empreint d’humour noir, qui met en lumière les défauts et faiblesses des personnages. Malgré leurs défauts les personnages que j’ai trouvé le plus attachant sont les adolescents Andrew Price et Krystal Weedon et, du côté des adultes, Tessa Wall et, à ma propre surprise, Samantha Mollison.
Quelques éléments que j’ai retenus de ceux qui ne sautent pas aux yeux: l'hypocrisie des adultes. Shirley Mollison par exemple n’aime pas la population des Champs et pourtant elle est issue d’une famille de Yarvil qui n’a rien à envier à la famille de Krystal. Sa façon de critiquer sa belle-fille Samantha sans en avoir l’air, quand il y a un repas de famille. Bien sûr cette dernière se venge sur son mari, le fils chéri, dès le retour à la maison. Shirley est webmaster du site web de Pagford, malgré ses compétences très limitées dans l’informatique. Quand des messages anonymes apparaissent sur le forum signé “le fantôme de Barry Fairbrother”, elle apprécie la méchanceté des attaques et ne les retirent qu’à la demande. Ni son fils, un homme de loi, ni un spécialiste en informatique réussissent à lui faire comprendre les risques qu’elle prend. Pourtant, il y a des secrets dans sa famille tout comme dans les autres familles de la petite ville.
Tout le monde est égoïste, ramène tout à lui, ainsi la veuve du mort pense que le fantôme la vise elle et son mari. Et pourtant les auteurs des messages ont des petites vengeances personnelles à prendre et n’ont pas une seule pensée pour la veuve. Ils ne pensent pas non plus qu’il pourrait y avoir des conséquences à long terme à leurs actes.
Les “héros” adolescents ont tous le même âge et sont tous perdu (lost boys and girls). La plus malheureuse, mise à part Krystal Weedon, est Sukhvinder la fille cadette d’un médecin généraliste et d’un cardiologue de religion Sikh. Mais elle n’a pas la beauté du père et est dyslexique ce que sa mère voit comme un affront personnel. Dans ce contexte elle n’ose pas avouer qu’elle subit les attaques verbales quotidiennes de Fats et ses insultes sur sa page facebook. Seulement à la fin du livre apparaît son courage et la lâcheté de Fats.
J’aimerais expliquer pourquoi j’ai aimé le personnage de Samantha, mais je ne veux pas dévoiler l’intrigue du livre. Mais contrairement à Shirley qui persiste dans son refus de la réalité. Samantha prend conscience de ses actes.
Je conseille la lecture à ceux qui aiment l’humour anglais et supportent une description très noire de la société.

Publié dans Culture

Commenter cet article

lyn 19/01/2014 04:30

J'avais acheté l'audiobook plus par curiosité que par appreciation de Rowling, principalement parce que je considerais Harry Potter comme un personnage raté (Alors que son personnage de Rogue ou de Dumbledore me semblait bien plus reussi et interressant).
Une place a prendre m'as fait verser des Larmes pour Krystal Weedon, parce qu'elle fait tout pour tenter de s'en sortir, de sauver son ptit frère, qu'elle est une ados qui n'as pas conscience de ses actes et qui tente de prendre la responsabilité d'un adulte parce que Terry est totalement incapable.

Ce livre m'as choquée a plus d'un titre, parce que ce genre de comportement est courant, très courant, hors quand on regarde, quasiment tout les personnages en dehors de la famille de Krystal, semble être de la classe moyenne ou de la petite bourgeoisie de cette bourgarde imaginaire mais si réelle.

J'ai très peu apprecié "fats", je le trouvais imbu de lui meme, egoiste et egocentriste. La reaction de Krystal, envers lui, meme si choquante, je l'ai deja vue, parce que c'est le seul moyen d'obtenir des aides de la part de certains services sociaux (veridique). Mais le moment ou elle s'est barricadée, une question m'as tarraudée, pourquoi elle n'est pas partie? pourquoi elle n'est pas allée voir Kay? Les flics? ou encore changer de ville? pourquoi rester la bas?
Elle avait son petit frère, elle pouvait tenter de partir, de fuir...d'un coups, j'ai eu une incomprehension, il y avait tellement de solution, et j'ai pensé a un suicide social, avant le veritable grand saut qu'elle fera a la fin.

Ce bouquin a été mal reçu, et je peu le comprendre: il est dur a lire, l'auteur prend son temps pour poser tout les rails de son histoire, mais sincerement, il y a des personnages qui pour moi aurait merité de vivre l'horreur...comme howard ainsi que shirley et son amie.
Fats a mon sens, aura une sacré punition a vie, mais a mon sens, c'est mérité.
Ce bouquin choque, parce qu'il parle d'une vérité, un peu a la manière de certains bouquins de King (La tempete du Siecle ou Castlerock), les gens sont comme ceux du livre, certains trouvent cela éxagérés voire caricaturaux, et pourtant, je trouve que Rowling a, à peine, recouvert d'une couche de vernis la realité...car ce qu'elle raconte, il me suffit d'ouvrir un journal ou de lire les commentaires de forums politiques ou sociaux pour voir les même comportements que ceux d'une place a prendre..

Rowling est douée pour décrire les comportements factices ainsi que les adolescents. En revanche, ecouter un audiobook ou l'auteur masculin prend des voix en aigu pour les femmes...ca coupe un peu l'immersion, donc je recommande le livre plutot que l'audiobook.