Contre la fête des mères et des pères

Publié le par Oui-mais

J’ai toujours été contre la fête des mères. C’est de famille, je l’ai appris par ma mère, qui avait des arguments chocs.
A) Je ne veux pas des enfants qui m’aide un jour par an pour se donner bonne conscience et me laisse faire tous les travaux à la maison les autres 364 voir 365 jours de l’année.
B) C’est une fête commerciale inventée par les nazis.
Entre temps - avec l’augmentation de la publicité j’ai un argument supplémentaire
C) Il est hors de question de me donner “en cadeau” des outils pour que je travaille encore plus. Des choses bizarres comme une station de repassage (j’ai oublié le nom de ces monstres). Pour la fête des pères par contre les publicitaires proposent de jolis gadgets, qui ne servent à rien, sauf de les empêcher d’aider la mère de leur enfants avec le ménage.
Cette année je trouve des alliés sur le post avec les articles “Un appel pour la suppression de la fête des mères” et “Bonne fête maman, non merci, sans façon”
Un des articles prétend que la fête était une idée de Pétain.


Il semble que les débuts remontent au 19e siècles. En Allemagne l'initiative venait des marchands de fleurs au début des années 1920. La date est le deuxième dimanche de mai. Il s’agit là d’une convention.
En France c’est différent. Effectivement, en 1941, le régime de Vichy inscrit la fête des Mères au calendrier, dans le cadre de la politique nataliste.. Toutefois, elle existait déjà. Et au lieu de rayer toute connotation nationaliste, après-guerre, la loi du 24 mai 1950 dispose que « la République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d'une journée consacrée à la célébration de la “Fête des mères “
Et la fête des pères français aussi a été fixé par décret en 1952 (je n’ai pas vérifié). Il faut croire qu’en France c’est indispensable - si l’on ne peut pas légiférer on est malheureux.
Curieusement, dans ce domaine les allemands sont moins rigides.
Pendant mon enfance en Allemagne du nord, je voyais toujours passer des groupes d’hommes à l'ascension (fête des pères) qui faisaient des “randonnées” vers des auberges de campagne pour fêter entre eux et avec beaucoup d’alcool. (Le rituel est bien décrit dans l’article Wikipedia allemand “Vatertag”.) Mon père n’y participait pas.
Je ne vais pas vous empêcher de fêter votre père, mère, grand-mère, votre amoureux ou votre animal domestique quand l’état ou une campagne publicitaire le décrète, mais vaut mieux pas m’en parler, sous peine d’entendre le discours ci-dessus (mdr).

Publié dans consommation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article