Photos perdues

Publié le par Oui-mais

Depuis au moins vingt ans je fais développer des photos. Pendants une éternité aucun laboratoire n'a égaré mes tirages. Je me rappelle qu'une fois, il y a peut-être quinze ans, une recherche des tirages était nécessaire, avec succès. Il y a deux ou trois ans un livreur a perdu tous les envois destiné  au labo (celui qui travaille avec les maisons de la presse) qui n'a jamais rien reçu. Le labo a refusé toute communication avec le vendeur, aucune excuse et j'ai du écrire au siège - rien que le seizième arrondissement de Paris, pour qu'ils me remettent une pellicule gratuite.
Et maintenant cela recommence, avec moins d'excuses. Cette fois-ci il doit s'agir de CEWE qui se vante d'être un "leader du marché". Comme tout le monde se rappelle, au mois de janvier 2009 il a neigé en France - un scandale d'après le gouvernement .- Le livreur a eu un problème avec son camion et réussi de mélanger la bagatelle de 600 à 700 pochettes photos et leurs contenus (pellicules traditionnelles, cd, cartes mémoires). Le laboratoire a retrouvé les pochettes mais les contenus dans le désordre. Mon photographe sait donc qui est concerné. Moitié photos argentiques, moitié numériques. Pour le numérique ce n'était pas grave, car avec le temps le photographe a pris ses précautions, et même si vous lui dites que c'est inutile, il n'envoie jamais le support original, mais une copie. Il suffisait de refaire et expédier une autre copie. Pour l'argentique même topos que la dernière fois, pas de nouvelles. Le labo ne s'affole pas. Pourquoi faire, il ne s'agit que de photos de Noël de centaines de personnes. Pourtant ils ont les pellicules. Il suffit de les développer et d'envoyer les pages d'index aux photographes et autres magasins. Le photographe m'a donné une autre pellicule et un développement gratuit. N'empêche, je préférerais que le labo cherche les photos. Encore heureux que j'ai deux appareils et donc perdu que la moitié des images.

Publié dans Archives 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article