Harry Potter and the Cursed Child (et l'enfant maudit) - commentaire

Publié le par Oui-mais

Comme beaucoup d'autres personnes, j'étais sceptique à l'annonce de la pièce de théâtre Harry Potter and the Cursed Child. D'abord Rowling a deux co-auteurs : John Tiffany et Jack Thorne, puis il s'agit d'une pièce de théâtre dont les contraintes diffèrent de celles d'un roman. D'un autre côté, il est compréhensible de s'entourer d'hommes de théâtre si l'on n'a écrit que des romans. Il y avait aussi ce soupçon qu'il s'agisse uniquement d'exploiter un bon filon.

J'ai vu beaucoup de pièces de théâtre et j'en ai lu. En général, si je lis une pièce, c'est dans le cadre d'études et je n'aime pas beaucoup cet exercice parce qu'il faut que je m'imagine toute la mise en scène, les déplacements des personnages, l'intonation de leurs voix, etc.

Finalement, après la lecture des premières critiques sur Amazon, j'ai cédé à la curiosité. Même pas besoin de quitter la maison, en quelques cliques j'ai acheté le fichier epub sur Pottermore et tout de suite, j'ai commencé la lecture. (L'interface de iBooks est vraiment très agréable.)

Le texte se lit très bien. Je l'ai lu en anglais (la traduction ne sortira qu'au mois d'octobre) et je n'ai pas eu de difficultés de compréhension.

Les notes de jeu de l'auteur (les didascalies) dépassent le minimum nécessaire pour les acteurs et facilitent la fluidité de la lecture. Il y a deux parties : acte un et deux = partie une et acte trois et quatre = partie deux avec un total de 75 scènes, .49 lieux différents, si j'ai bien compté. Et 42 personnages il y a beaucoup de mouvements sur scène. En plus, bien sûr, il y a de la magie, voir la pièce de être magique.

Parlons un peu du contenu. La première scène reprend une partie des dialogues de l'épilogue du volume sept. Dès l'entrée dans le train Albus se lie d'amitié avec Scorpius Malfoy et en plus il n'est pas à Gryfonndor, d'où déception de arry Potter et un sentiment d'être rejeté côté fils.

L'intrigue m'a fait pensé à Retour vers le futur. Vouloir corriger un détail dans l'histoire affecte l'ensemble de l'avenir. Albus et Scorpius doivent resoudre des problèmes inattendus. Au deux héros se pose la question : veux-je rester dans ce faux présent qui a, pour moi, des avantages, mais je n'ai plus mon meilleur ami ?

L'employé du ministère de la Magie, Harry Potter, n'est plus aussi perspicace qu'à dix-sept ans. Comme c'est Draco Malfoy qui lui parle des rumeurs sur un enfant de Voldemort, il n'y prête pas attention, malgré de nombreux rêves inquiétants.

La réplique de Delphi (nom grec de Delphes où l'on consultait l'oracle, la Phytie) acte 3, scène 19 « the .. tasks are a little clogged up with magic » (les … épreuves sont un peu encombré de magie) m'a fait penser au disque-monde où l'accumulation de magie a parfois des effets surprenants et dangereux.

Conseil de lecture: Le monde magique de J. K. Rowling

Publié dans Culture

Commenter cet article