Faire disparaître les départements, regrouper les régions - une idée parisienne

Publié le par Oui-mais

Depuis quelque mois, le gouvernement français a réchauffé l’idée de supprimer les départements et réduire le nombre des régions. Le seul argument me semble être qu’on fera des économies. Malheureusement les dirigeants n’ont aucun chiffre sérieux.
Aucun défenseur du projet semble connaître la vie à la campagne. Un exemple concret:
J’habite une petite commune dans le nord de la Dordogne. Depuis octobre 2002 la commune faisait partie d’une communauté de communes regroupant 12 communes (7.200 habitants sur 205 km2). Le préfet n’a pas demandé l’avis des habitants et décrété que la communauté de commune était trop petite. Donc, depuis le 1er janvier 2014 « notre » communauté de communes regroupe 17 communes (10.600 habitants sur 360 km2). Au passage la densité d’habitants au kilomètre carré a baissé (de 35 à 30). Ce changement est intervenu juste avant les élections municipales où beaucoup de communes ont voté un nouveau maire. Résultat: Rien ne va plus. Ce qui est logique, parce que les élus des villages ne sont pas des professionnels de la politique et de l’administration, en plus il faut constituer des commissions, exécuter tout de suite des décrets venu d’en haut (p. ex. les rythmes scolaires). Pour vous donner une idée de la surface et des distances à parcourir dans l’intercommunalité: la traversé d’est en ouest fait presque 40 km. Il n’y a aucun transport en commun, mais beaucoup de transports scolaire :-). L’autre jour j’ai dit à une voisine qu’à la vue de ces distances j’aurais préféré un rattachement à Angoulême (même distance depuis ma maison). Sa réponse était simple: « C’est pas la même région. » (Mais notre seul transport en commun rudimentaire va à Angoulême.) La plupart des gens n’ont même pas encore remarqué que des petits villages à 30 km de chez eux font maintenant partie de la communié de communes. Il est peu probable qu’un sentiment de communauté se développe à court terme.
En comparaison: la communauté urbaine de Toulouse à une surface de 465 km2. Vu sous l’unique angle de la surface on pourrait encore agrandir notre communauté de communes - et il y a des bruits qui parlent effectivement d’un autre agrandissement « pour notre bien ». Mais à Toulouse il y a 1500 habitants au kilomètre carré et des transports en communs, des routes et autoroutes, des bibliothèques, théâtres, stades, etc.
A mon avis on ne peut pas traiter des régions rurales comme des métropoles. Il n’aura pas d’économies, mais on devra payer beaucoup de frais de déplacement aux employés qu’on envoie pour un remplacement à l’autre bout du territoire - et si sa voiture tombe en panne il ne se déplacera pas. On pourra investir dans des voitures de fonction (bonjour l’économie).
Déjà maintenant je ne vais pratiquement jamais dans le chef-lieu de département Périgueux. Si notre cher président-roi veut supprimer les départements et regrouper les régions (peut-être au passage il reparlera de la suppressions de sous-préfectures) nous devrons aller à combien de centaines de kilomètres pour régler des problèmes avec l’administration?
Vendredi 30 mai le Sud-Ouest titrait « La fronde des élus socialistes » (page 12 ed. Périgueux). Ils peuvent toujours se plaindre qu’on ne les consultent pas. Aujourd’hui leur chef réaffirme son désintérêt profond des régions françaises. Cette fois-ci il veut garder seulement 14 régions - et bien sûr supprimer les départements. Je me demande combien il veut payer de sa poche pour acheter assez de voix pour pouvoir changer la constitution.
Le « Canard enchaîné » (p. 3, 28 mai 2014) a enquêté pour savoir d’où vient le chiffre de 12 à 25 milliards d’euros d’économies qu’on dégagera avec une réforme territoriale: « Vallini s’est souvenu de la règle qui veut qu’une économie d’échelle soit supposée aboutir, en général, à un gain de 5 à 10 €. Il a donc sorti sa calculette pour fournir son chiffre à partir du budget global des collectivités locales : 250 milliard d’euros. » C’est d’un sérieux …. Si je me pointais chez mon banquier avec un projet aussi bien chiffré il me mettrais à la porte.
Il y a toujours les découpages des régions paru dans « Libération » (11 avril 2014), certains sérieux d’autres moins - je suis pour le découpage « pain au chocolat » :-).

Publié dans Economie, Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article